" Dans les temps de tromperie universelle,
dire la vérité devient un acte révolutionnaire."


George Orwell (1903-1950)

Rechercher dans ce blog

Vidéos Dailymotion

Les vidéos de TheAnarchy322 sur Dailymotion

samedi 18 novembre 2017

La Russie rend 11 vaccins obligatoires dans l'ignorance de tous, La Russie et les USA et la banque européenne font des partenariats pour la fabrication de vaccins, la banque européenne soutient l'entreprise Russe de vaccins Petrovax  




La Russie et les USA et la banque européenne font des partenariats pour la fabrication de vaccins : Pourquoi les gens sont au courant des vaccins obligatoires en Occident, mais jamais en Russie ni en Chine?  Le laboratoire pharmaceutique allemand Gerresheimer vend des vaccins en Russie https://www.glassonweb.com/news/gerresheimer-strengthens-business-russia
l'entreprise américaine Pfizer vend ses vaccins en Chine sous l'autorisation du gouvernement chinois : « Fin 2016, Les autorités chinoises ont approuvé le préavis de Pfizer Inc Prevenar 13, a annoncé mercredi le fabricant de médicaments américain. L'entreprise américaine a déclaré qu'elle avait reçu l'approbation de la Food and Drug Administration (CFDA) de Chine pour commercialiser Prevenar 13 chez des nourrissons et des enfants de 6 semaines à 15 mois. "Nous applaudissons les efforts de CFDA et d'autres organismes gouvernementaux chinois importants pour apporter de nouveaux médicaments et vaccins au système de santé chinois", a déclaré Wu Xiaobin, président de Pfizer China, dans un communiqué »
http://www.reuters.com/article/us-pfizer-china-vaccine-idUSKBN12X0UW  
En Russie, la vaccination est obligatoire comme dans les autres pays de la mondialisation:
« Conformément à la loi fédérale en Russie, il y a un calendrier précis de la vaccination des enfants. Les parents doivent savoir à l'avance quels vaccins devraient faire pour les enfants à un certain âge. Cette liste comprend non seulement les vaccins obligatoires, mais aussi ceux qui sont en mesure de protéger le corps de l'enfant sur les autres Le ministère russe de la Santé procède à la vaccination systématique des enfants, à partir des premiers jours de leur vie » source http://mama66.ru/privivki/obyazatelnye  la Russie a rendu 11 vaccins obligatoires comme en France (le premier vaccin a lieu dès les premiers de naissance) voir
http://www.pravda-tv.ru/2013/10/14/28402/v-rf-vvodyat-novuyu-obyazatel-nuyu-privivku http://vkapuste.ru/?p=6581 http://mamadoktor.ru/kalendar-privivok Sanofi Pasteur est présent en France, en Russie et en Chine http://www.nanolek.ru/en/content/nanolek-sanofi-pasteur-and-kirov-region-signed-tripartite-cooperation-agreement-field-health http://mediaroom.sanofi.com/sanofi-pasteur-lance-pentaxim-en-chine-le-premier-vaccin-combine-5-en-1/
"Pour la première fois des malades portent plainte contre les laboratoires Sanofi Pasteur, car il commercialise un vaccin qui provoquerait des maladies neurologiques graves. Les adjuvants d''aluminium présents dans les vaccins peuvent dans certains cas créer une pathologie neuromusculaire très invalidante, la myofasciite à macrophages. France 3 a retrouvé deux malades qui ont porté plainte et qui racontent les souffrances endurées dans leurs journées et leurs nuits. Les plaignants accusent en outre Sanofi Pasteur d'avoir falsifié des données pour décrédibiliser son autre vaccin, le DTPolio, qui ne contient pas d'aluminium. Ces deux vaccins coexistaient jusqu'à la suspension, en 2008, avec l'aval de l'autorité sanitaire, de la commercialisation du DTPolio au motif qu'une hausse d'effets secondaires avait été constatée, selon la plainte. Les responsables de Sanofi s'expliquent devant la caméra de France 3."
http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/video-le-vaccin-revaxis-qui-contient-de-l-aluminium-attaque-par-les-malades_506891.html
Un adolescent français a déposé une action en justice contre la compagnie pharmaceutique française Sanofi Pasteur (SASY.PA) et les régulateurs de santé en France, son avocat a déclaré dimanche, sur les effets secondaires qu'ils disent ont été causés par le vaccin anti-cancer du col utérin Gardasil. L'avocat du demandeur, Jean-Christophe Coubris, qui est basé à Bordeaux, a déclaré que son aujourd'hui âgé de 18 ans, le client avait 15 ans quand elle a reçu deux injections de Gardasil, qui est faite par Merck (MRK.N) et vendus en Europe par Sanofi .   En quelques mois, elle a été hospitalisée pour la sclérose en plaques, a-t-il dit. « Elle a perdu temporairement la vue et l'usage de ses jambes, » Coubris a déclaré dans un communiqué
http://www.reuters.com/article/us-sanofi-lawsuit-idUSBRE9AN0FX20131124  "Des vaccins contre la gastro ont causé la mort de deux bébés.  Ces deux vaccins oraux, prescrits à partir de l'âge de six semaines, Rotarix (laboratoires GlaxoSmithKline/GSK) et RotaTeq (Sanofi Pasteur MSD) "508 notifications d'effets indésirables médicalement confirmées, dont 201 graves", ont été recueillies et analysées, indique l'agence du médicament.
"
http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20150401.OBS6129/deux-bebes-morts-apres-avoir-ete-vaccines-contre-la-gastro-ce-que-l-on-sait.html
Vaccin Cervarix Fabriqué par GlaxoSmithKline apparaîtra dans les pharmacies russes en Russie en Octobre 2008
http://inventorspot.com/articles/cervarix_vaccine_comes_russia_human_papillomavirus_beware_17259
La banque européenne de reconstruction et de développement subventionne l''entreprise de vaccins russe Petrovax en Russie. http://www.ebrd.com/work-with-us/projects/psd/petrovax.html  La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) va prêter 15.8 millions d'euros à l'entreprise pharmaceutique russe Petrovax NOP Pharm pour l'aider à commercialiser trois nouveaux médicaments pour combattre l'immunologie et les maladies virales.  Rusnano (la Société russe de Nanotechnologies) envisage de participer au projet.   Petrovax se concentre sur le développement des médicaments génériques et de vaccins
https://www.manufacturingchemist.com/news/article_page/European_bank_to_lend_euro16m_to_Petrovax/61821
La Banque européenne pour la reconstruction et le développement est donc en train de soutenir la politique de vaccination en Russie
http://www.reuters.com/article/russia-pharma-idUSLDE6610AV20110317  La Russie est pour la vaccination obligatoire :  "Les membres du conseil régional Lipetsk des députés ont proposé de faire la vaccination obligatoire pour les enfants entrent à la maternelle ou à l'école selon le journal « Izvestia ». Le Comité Douma d'Etat sur la santé a soutenu cette initiative. Le manque de vaccination préventive des enfants contre la rougeole et la poliomyélite (à moins que la vaccination soit contre-indiqué par le médecin dans l'histoire du développement de l''enfant) implique une interdiction d'accès aux établissements d'enseignement.  Les vaccins: le contenu des poisons cellulaires lourds peuvent être vus dans les instructions d'utilisation du médicament. Mais combien de parents sont intéressés par les instructions?  De plus, il y a une corruption dans le domaine de la vaccination au niveau du ministère russe de la Santé . Par exemple, au début de cette année, le ministère de la Santé de la Fédération de Russie a un contrat avec la société américaine Pfizer , de plus la société Russe Petrovax farm NPO est financé en partie par un quart par les britanniques à travers la Banque Européenne de reconstruction et de développement. On parle de 3.4 milliards de roubles, ce qui représente un tiers du budget total pour le calendrier de vaccination." https://antivakcina.org/stanut-li-privivki-v-rossii-obyazatelnymi/  " En Russie, Dans l'hôpital Primorye 30 élèves de l'école du village Novosysoevka, les enfants ont été hospitalisés, tombés malades après avoir eu des vaccins médicaments tuberculine, rapporte « Interfax », en référence à bord adjoint principal procureur Elena Telegin. « Les médecins ont examiné tous les enfants, 30 enfants ont été hospitalisés en raison de la mauvaise santé -. Maux de tête, gonflement au lieu de l'injection du vaccin L'état actuel des enfants est jugé stable, » - dit Telegin.  Le procureur a constaté que les élèves ont été vaccinés par des vaccins à haute dose de médicaments « tuberculine » au-delà de la dose admissible." http://nnm.me/blogs/aleeks1/v-rf-vvodyat-novuyu-obyazatelnuyu-privivku/ "En 2006, dans les neuf régions de la Russie, les cas de complications graves après la vaccination des enfants contre la grippe ont été signalés.  En 2009, à Omsk une fille de six mois est morte après la vaccination contre l'hépatite B et la poliomyélite. En 2013, dans la ville de Perm de Russie, une fillette de 3 ans est morte après avoir reçu le vaccin contre la grippe" http://baragozik.ru/zdorovyj-malysh/vrednye-i-bespoleznye-privivki-chego-ne-znayut-v-rossii.html
 A Omsk, ville de Russie, sont morts 6 enfants après la vaccination
http://www.liveinternet.ru/users/3818405/post160121881 http://www.vesti.ru/doc.html?id=318270  En Russie, Après un vaccin contre la tuberculose , un enfant est devenu handicapé https://www.youtube.com/watch?v=9-AQKZa9J0c&feature=player_embedded  En Russie, des frères jumeaux sont devenus invalides après la vaccination https://www.youtube.com/watch?v=LuNrlJJzx0Y&feature=player_embedded  En Russie, un bébé de deux mois est mort après la vaccination contre la grippe, les parents le cœur brisé ont demandé une explication à l'hôpital. Mais ils n'ont pas reçu la réponse du médecin local. Étrangement les antécédents médicaux d'un bébé (qui indiquaient qu'il était en bonne santé avant la vaccination) avaient disparu. Les parents de la bambine morte se sont tournés vers le ministère de la Santé avec l'obligation de punir le médecin irresponsable. https://www.youtube.com/watch?v=Tpv6M-zz4z4&feature=player_embedded   En Russie, une guerre a lieu entre les parents qui accusent les autorités de cacher les liens de la vaccination avec la mort de leur enfant https://www.youtube.com/watch?v=WK3dswsknd4&feature=player_embedded  Il a cité l'exemple d'un cas où un enfant en Russie a eu après la vaccination DTCoq un trouble génétique intensifié qui a fait de lui un invalide. Les médecins russes ont refusé la connexion à la vaccination, mais en Allemagne, la mère a reçu la conclusion opposée pour le même cas. https://www.gazeta.ru/business/2016/08/08/10110137.shtml   En Russie, un enfant de deux ans est mort après la vaccination https://www.youtube.com/watch?v=jp4b8qHifNo&feature=player_embedded   Dans la ville de Omsk en Russie https://fr.wikipedia.org/wiki/Omsk , un bébé de six mois est mort le lendemain après la vaccination contre l'hépatite B et la poliomyélite La cause de la tragédie qu'aucun des médecins ne peut expliquer.  « À l'heure actuelle, la cause du décès est inconnue" (les médecins russes refusent de reconnaître la liaison entre la mort subite et la vaccination, alors que la mort subite du nourrisson a lieu dans les moins 3 jours après la vaccination) http://www.vesti.ru/videos/show/vid/245186/ http://eka-mama.ru/forum/part17/topic238121/?PAGEN_1=2   "Dans l''Oural, est mort l'enfant de six mois qui était tombé dans le coma après la vaccination contre la pneumocoque ( et pourtant la Russie a rajouté le vaccin contre le pneumocoque parmi les 10 obligatoires cette année, passant de 10 à 11 le nombre de vaccins obligatoires en Russie)  La mère Olga Balandin a dit que son garçon était né en parfaite santé et très bien développé avant qu'il soit mort après la vaccination.  Dans la région de Sverdlovsk, les enquêteurs ont lancé une enquête sur la mort du bébé de six mois. Le garçon était près de cinq mois sur le ventilateur, les parents ont cru jusqu'à tout récemment que les médecins étaient toujours en mesure de sauver leur bébé, mais le 25 Janvier tous les espoirs ont été anéantis   Le médecin qui a observé l'état du nourrisson avant la vaccination était en vacances, et l'autre médecin qui a vacciné l'enfant, nous a dit que nous avons signé l'accord pour deux vaccins: l'hépatite B et le pneumocoque" https://life.ru/t/life66/966337/na_uralie_umier_polughodovalyi_riebionok_vpavshii_v_komu_poslie_privivki_pnievmokokka https://youtu.be/3Oxt4ZcDHzE  "En Russie, un bébé , qui était âgé seulement de un mois, est mort dans le village Bondarev Beysky région Khakassie peu après le médecin lui a donné une vaccination systématique contre l'hépatite B. « Le soir du 10 Janvier 2012, la mère a mis son bébé à dormir environ huit heures du matin, le lendemain, le père du bébé a découvert qu'elle ne donnait aucun signe de vie , les médecins sont arrivés en ambulance, le bébé a été prononcé mort..», - rapporté le 12 Janvier Gestion d''enquête républicaine TFR. https://www.city-n.ru/view/295826.html   la pétition d'un parent après que son enfant soit mort après une vaccination en Russie :  « Je demande une enquête approfondie et de comprendre les causes de décès Otfinovskogo Michael Paton, né 06/10/2015. 13 mai 2016 dans une clinique pour 38 enfants, situé à: Saint-Pétersbourg, Kirovsky, Leninsky Prospect, 133, bâtiment 2, après inspection de surface (gorge) pédiatre Osmanova Maryam Ilyasovna après que la deuxième vaccination DTP a été faite  le médecin Osmanov a estimé que le bébé était en bonne santé pour la vaccination, sans passer par les tests sanguins et des tests d'urine.   Après la vaccination, L'enfant a été transporté à l'unité de soins intensifs, le 17 mai à 8h00. A 14 heures, je suis autorisé dans l'unité de soins intensifs. Michael était sur un ventilateur, le chef de service a déclaré que Micha Haemophilus influenzae, meningokkogtsemiya, la méningite et le choc toxique du corps (qui a été confirmée par analyse). 5 jours dans les médecins de soins intensifs se sont battus pour la vie Mishin, mais l'enfant n'a pas survécu le 22 mai.  Je vous demande de procéder à une vérification complète contre 38 enfants des cliniques de santé et de la négligence du médecin Osmanova Maryam Ilyasovna, infirmière Molchanova Tatiana Alexandrovna, chef Vilkel Valentiny Ivanovny .tak insistent aussi sur leur licenciement, parce que je crois que parce qu'ils ne sont pas professionnels et n'a pas effectué une enquête approfondie enquête sur la santé Otfinovskogo à la vaccination Michael DTP. La conclusion que le vaccin DTP a tué l'immunité et le corps très affaibli de Misha a contracté ces maladies graves et ne pouvait pas les surmonter  Et la faute des médecins a raté les 7-8 heures, qui ont joué un rôle décisif dans la vie de Misha et pourrait le sauver, le début du traitement qualifié droit, et immédiatement placer l'enfant sur l'unité de soins intensifs. Il suffit de demander la peine la plus sévère, jusqu'à la destitution du médecin de la réceptionniste qui était en service dans 23 heures, et un médecin qui était en service ce soir-là au service infectieux (malheureusement ne connaissent pas leurs noms) le 16 mai. http://forpresident.ru/umer-rebenok-posle-privivki-akds.html  Il y a tellement de gens malades suites aux effets secondaires des médicaments ou vaccins qu'il n'y a pas assez de personnel à l'hôpital pour s'occuper de tous ces patients, et donc beaucoup meurent comme c'est le cas dans la pétition du parent qui déclare que son enfant malade après la vaccination n'a pas pu être pris à temps et donc est mort à cause du manque de rapidité des traitements.  Sanofi Pasteur produit le Pentaxim, le pentavalent vaccin (5 vaccins dans un seul) en Russie https://www.thepharmaletter.com/article/sanofi-pasteur-to-produce-pentaxim-in-russia



 Un vaccin contre la grippe de Novartis a été suspendu suite à 3 morts suspectes
http://www.20minutes.fr/sante/1490259-20141127-italie-vaccin-contre-grippe-novartis-suspendu-apres-trois-morts-suspectes
La société pharmaceutique suisse, Novartis, a commencé jeudi la construction de sa première usine russe de 500 millions de dollars, dans la zone économique spéciale de Saint-Pétersbourg, Novo-Orlovskoe.
https://www.rt.com/business/novartis-pharma-russia-factory/  GlaxoSmithKline et JSC Binnopharm entrent dans une alliance de production de vaccins en Russie GlaxoSmithKline (GSK) et JSC Binnopharm (Binnopharm) a annoncé aujourd'hui une alliance pour permettre la fabrication secondaire locale d''un certain nombre de vaccins GSK en Russie. L'accord a été signé à Moscou lors de la session du Comité directeur intergouvernemental russo-britannique (ISC) pour le commerce et l'investissement. GSK réservera les ventes du vaccin en vrac fourni à Binnopharm par cette alliance. Aucun autre détail financier de l'accord ont été divulgués.  Notre objectif en signant cet accord de partenariat est de créer une entreprise de biotechnologie leader en Russie ".  Ce résultat est très positif et qui met l'accent sur les liens pharmaceutiques solides que les actions du Royaume-Uni avec la Russie http://us.gsk.com/en-us/media/press-releases/2010/glaxosmithkline-and-jsc-binnopharm-enter-vaccine-production-alliance-in-russia/
 GlaxoSmithKline plc (GSK) est une société pharmaceutique britannique. La société a une inscription principale à la Bourse de Londres et est constitutive de l'indice FTSE 100. En août 2016, elle avait une capitalisation boursière de £ 81 milliards (environ 107 milliards de dollars), la quatrième plus grande à la Bourse de Londres. [6] Il a une inscription secondaire sur la Bourse de New York.  En 2012, GSK a plaidé coupable à la promotion de médicaments pour des utilisations non approuvées, l'absence de déclaration de données de sécurité et des remboursements aux médecins aux États-Unis et a accepté de payer 3 milliards de dollars Bn), le plus important établissement au pays par une société pharmaceutique.
https://en.wikipedia.org/wiki/GlaxoSmithKline  La Russie a choisi le vaccin polio inactivé (IPV) IMOVAX de Sanofi Pasteur (Paris, France), la division vaccins du groupe Sanofi-Aventis, pour la primovaccination des nourrissons. http://www.biopharminternational.com/russia-chooses-sanofi-pasteur-polio-vaccine-national-project-health
La Russie se lance dans le business des vaccins :  la Russie fournira des vaccins contre l'Ebola en juin 2017 à la Guinée
http://french.xinhuanet.com/2017-05/18/c_136293007.htm   Le rapport de
l’industrie marché de vaccins en Russie à 2019
http://www.aarkstore.com/healthcare/149390/vaccine-market-in-russia-market-size-development-and-forecasts
 "Ces dernières années, il y a une lutte intransigeante contre les partisans et les adversaires de la vaccination. Chaque camp a sa propre vérité, confirmée par de nombreux arguments. Dans cet article, nous avons rassemblé des faits et des opinions des médecins sur les avantages / dangers de la vaccination. En outre des matériaux suivants, vous apprendrez comment à la vaccination dans les pays étrangers, et pourquoi les pays étrangers ont abandonné l'utilisation de certains vaccins qui sont encore en usage en Russie.  Pendant longtemps la vaccination en Russie a été obligatoire, sauf quand les enfants ont des contre-indications médicales . En Russie, en plus de la liste obligatoire des vaccinations, il y a plus. « Vaccinations supplémentaires » faire en raison de l'écologie pauvres dans une région où vit l'enfant, la santé des parents ou leur travail spécifique (par exemple, les parents du processus sont en contact permanent avec l'infection).
http://baragozik.ru/zdorovyj-malysh/vrednye-i-bespoleznye-privivki-chego-ne-znayut-v-rossii.html
En résumé en Russie, plus un enfant vit dans une région pauvre, plus il reçoit de pressions pour recevoir "des vaccinations supplémentaires" qui sont encore volontaires, sinon la Russie dépasserait l'Italie et la France en terme de vaccins obligatoires, car la Russie a déjà 11 vaccins obligatoires:  « Avez-vous déjà pensé que, selon le calendrier russe de vaccination nos bébés malheureux sont destinés à récupérer jusqu'à 19 vaccins cette année et à l'immunité informes! »
http://net-privivke.ru/%D1%84%D0%B0%D0%BB%D1%8C%D1%81%D0%B8%D1%84%D0%B8%D0%BA%D0%B0%D1%86%D0%B8%D1%8F-%D0%BE%D1%81%D0%BD%D0%BE%D0%B2%D0%B0-%D0%BC%D0%B0%D1%81%D1%81%D0%BE%D0%B2%D0%BE%D0%B9-%D0%B2%D0%B0%D0%BA%D1%86/
L'association des pédiatres de Russie font pression sur le gouvernement Russe pour que celui-ci applique des sanctions aux parents qui ne vaccinent pas leurs enfants https://www.gazeta.ru/social/2016/09/  Une Russe en Russie se plaint que son bébé de 6 mois soit tombé malade 24 heures après sa vaccination de polyvaccins en 2007  « Le matin, il se réveilla gémissant, avait une température de 38,2! J'ai appelé le médecin, jusqu'à ce qu''il nous atteint pas. Il est passé à 39,8!
»  « Dieu merci que votre enfant n'est pas mort! Comme lui, le pauvre, tout courageusement enduré! Sous la direction. Selon les règles 3.6. Il est interdit de publier les déclarations catégoriques de sujets professionnels et spécialisés qui sont controversés, à moins que vous êtes un professionnel dans le domaine de la discussion ». (là le commentateur montre que la Russie censure tout comme l'Europe, toute critique du peuple venant des vaccins. C''est comme si ils cherchaient à faire taire la citoyenne Russe qui s'inquiétait de l'état de son bébé après la vaccination.) Un autre commentateur : « la plupart des complications est pas encore du vaccin lui-même, mais de la mauvaise évaluation de l'enfant avant la vaccination, la mauvaise administration du vaccin, etc » Voir conversation sur http://vladmama.ru/forum/viewtopic.php?f=317HYPERLINK "http://vladmama.ru/forum/viewtopic.php?f=317&t=17583"&HYPERLINK
"http://vladmama.ru/forum/viewtopic.php?f=317&t=17583"t=17583  Dans un autre forum, une mère Russe s'inquiète que son nourrisson soit tombé malade peut après la vaccination, elle note qu'il est plus lent, hausse de la température du corps. Le même médecin qui a vacciné son nourrisson lui a avoué que son enfant pourrait avoir une réaction allergique et une hausse de température du corps après la vaccination.
https://www.u-mama.ru/forum/kids/child-health/514363/index.html#mid_15534182
Une autre mère Russe s'inquiète et questionne les médecins de babyblog pour leur demander pourquoi son nourrisson a des symptômes graves après la vaccination  Les médecins Russes lui répondent que c'est parce que le nourrisson a peut-être déjà eu ces cas d'effets secondaires avant la vaccination (donc ce n'est jamais la faute du vaccin, mais toujours du nourrisson s'il se passe quelque chose)
https://www.babyblog.ru/community/post/01medicina/1750731 https://www.u-mama.ru/forum/kids/child-health/514363/index.html#mid_15534182  
Une autre mère Russe se plaint des effets secondaires de la vaccination sur son bébé de 7 mois  « Le lendemain après la vaccination, le nez de mon bébé de 7 mois a coulé non stop toute la journée, ce que je ne ai jamais vu morve coulait non-stop toute la journée, ma fille cet après-midi pleurait presque sans cesse était, et même la température a commencé à monter - jusqu''à 37,7-38. Le médecin n'a pas causé, parce que ces deux jours sont tombés sur un week-end. Est-ce que je fais ça? Puis-je donner des médicaments anaferon après la vaccination? Et ce qui peut être fait pour prévenir les complications qui peuvent donner ce vaccin au bon moment (5-15 jours) - il est maintenant le corps est affaibli? »
https://health.mail.ru/consultation/1255066/  Ils n'osent comparer objectivement la santé des enfants non vaccinés à ceux qui ont été vaccinés   les techniques les plus courantes de la vaccination, la vaccination obligatoire pour les enfants en Russie comprennent: piqûre intramusculaire; administration par voie orale, par exemple, l'ingestion du vaccin; par voie cutanée ou par voie intradermique (ce procédé est, par exemple, la vaccination contre la variole); En savoir plus http://subsidii.net/%D0%BC%D0%B5%D0 %B4%D0%B8%D1%86%D0%B8%D0%BD%D0%B0/item/1163-%D0% BE% D0% B1% D1% 8F% D0% B7% D0% B0% D1% 82% D0% B5% D0% BB% D1% 8C% D0% BD% D1% 8B% D0% B5-% D0% BF % D1% 80% D0% B8% D0% B2% D0% B8% D0% B2% D0% BA% D0% B8-% D0% B4% D0% B5% D1% 82% D1% 8F% D0% BC.html site html sur subsidii.net  Le calendrier Russe de vaccination :  Le premier vaccin en Russie a lieu dès la naissance !  «- le premier vaccin de l'hépatite B 24 heures après la naissance  - le vaccin contre la tuberculose 7 jours après la naissance  -La deuxième vaccination contre l'hépatite B 1 mois après la naissance  -La première vaccination contre les infections à pneumocoque 2 mois après naissance  -La première vaccination contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos 3 mois après la naissance  -La première vaccination contre la poliomyélite 3 mois après la naissance  -La première vaccination contre Haemophilus influenzae (enfants à risque) 3 mois après la naissance Voir plus http://mamadoktor.ru/kalendar-privivok  Dans la Fédération de Russie a présenté une nouvelle vaccination obligatoire.   Au Calendrier national des vaccinations obligatoires (y compris la vaccination préventive contre l'hépatite B, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, la rubéole, la polio, le tétanos, la tuberculose, les oreillons, Haemophilus influenzae, la grippe), est maintenant remplie d'un vaccin contre l'infection à pneumocoques. Donc en tout, il y a 11 vaccins obligatoires en Russie, donc pareil qu'en France. http://www.pravda-tv.ru/2013/10/14/28402/v-rf-vvodyat-novuyu-obyazatel-nuyu-privivku
Cet autre article montre aussi que la Russie a passé à 11 vaccins obligatoires en 2017, comme par hasard en même temps que la France décide de passer à 11 vaccins obligatoires aussi :  « La liste des vaccinations obligatoires pour les enfants en 2017 a légèrement changé.  A 6 mois, selon les vaccinations du calendrier russe enfant obligatoire vacciné pour la troisième fois contre la coqueluche, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. A cet âge, les bébés sont introduits pour la troisième fois un vaccin contre l'hépatite B.  La vaccination est effectuée selon les vaccins calendrier nationaux à l''aide des fabricants nationaux et étrangers. Les enfants entrent à la maternelle doivent être vaccinés selon le calendrier national » http://vkapuste.ru/?p=6581 Rusnano est dirigé par un membre de Bilderberg Anatoly Chubais qui a été désigné par le gouvernement Russe pour diriger l'entreprise nationale Rusnano est à la fois membre de Bilderberg et membre de CFR https://fr.wikipedia.org/wiki/Rusnano  Chubais a participé aux
conférences Bilderberg de 1998 et de 2012
https://publicintelligence.net/1998-bilderberg-meeting-participant-list/ https://publicintelligence.net/2012-bilderberg-meeting-participant-list/  
Anatoly Chubais est membre du CFR
https://www.cfr.org/content/about/annual_report/ar_2014/AR2014_web.pdf En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/Kissinger-Poutine-et-Xi-Jinping-planifient-leur-Nouvel-Ordre-Mondial-Anatoly-Chubais-le-membre-de-CFR-et-de-Bilderberg_a130786.html#MTRSuOTsiO6yc8ZC.99
 URSS et USA ont travaillé ensemble sur les vaccins : Des scientifiques américains et russes ont également travaillé ensemble avant et après l'effondrement du communisme sur la prévention du VIH / SIDA et la prévention des autres maladies sexuellement transmissibles et aussi sur la tuberculose
https://sputniknews.com/art_living/201705261054009230-russia-us-tropical-diseases/
 Partenariat USA-URSS : Développer le vaccin contre la Polio  Les fils du Dr Mikhail Chumakov sont devenus des scientifiques bien connus à part entière. Deux fils vivent maintenant aux États-Unis, l'un est en France et un fils travaille à Moscou et à Cleveland, dans l'Ohio.  Konstantin Chumakov est un scientifique de premier plan au Centre pour l'évaluation et la recherche des produits biologiques de la Food and Drug Administration des États-Unis à Rockville, Maryland, où il travaille sur la recherche sur le vaccin viral et le diagnostic.  La recherche d'Aleksey Chumakov s'est concentrée sur la régulation de la transcription (le processus de synthèse de l'ARN dans les cellules) dans les instituts de Moscou et de Los Angeles depuis de nombreuses années et il est également très actif dans l'Église orthodoxe russe à Los Angeles.  Ilya Chumakov était scientifique génétique à Moscou et en France, où il a travaillé sur le projet du génome humain, et il est maintenant un dirigeant d'une société française de biotechnologie.
http://us-russia200.moscow.usembassy.gov/200th/anniversary.php?record_id=poliofactsheet
les USA ont financé le programme de vaccination de la Russie contre l'hépatite B :  Avec le financement initial fourni par le Département de l'agriculture des États-Unis (USDA), la Fondation a mené une initiative de vaccination pour enfants contre l'hépatite B en Fédération de Russie de 2000 à 2006 http://rostropovich.org/hepatitis-b-in-russia-a-success-story/  De nombreuses entreprises américaines de vaccins font alliance avec les entreprises de vaccins Russes et font partager leur savoir aux entreprises russes de vaccins :  -Pfizer l'entreprise américaine de vaccins et ChemRar l'entreprise russe de vaccins se concentreront leurs efforts sur le  développement de vaccinesChemRar, président du conseil d'administration, Andrey Ivaschenko a commenté « compte tenu de l'importance du partenariat international à la vision de notre gouvernement pour les affaires russes, l'expertise des plus grandes sociétés pharmaceutiques telles que Pfizer est très importante ». https://www.pharmaceutical-networking.com/pfizer-joins-forces-with-russia%e2%80%99s-chemrar-to-focus-on-drug-development/ 
http://www.industryweek.com/global-economy/pfizer-chemrar-russia-collaborate-rd -Pfizer l'entreprise américaine de vaccins et NovaMedica l''entreprise Russe de vaccins font un partenariat ensemble : Pfizer, l'une des principales sociétés biopharmaceutiques du monde et NovaMedica, une société pharmaceutique russe établie par Rusnano http://rmi-partners.com/media/our_news/p/5133-pfizer-and-novamedica-announce-a-strategic-partnership-in-russia
Pfizer est une entreprise qui ne veut dédommager les victimes de ses vaccins qu'à la condition que ceux ci leur envoient leurs ADN, (pour mieux les ficher, car rien ne garantit le dédommagement)
https://vactruth.com/2009/11/03/pfizer-demands-dna-from-vaccine-injured-beneficiaries/
-Une autre entreprise américaine de vaccins (Merck, le fabricant du vaccin
Gardasilhttp://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/01/24/hpv-vaccine-victim-sues-merck.aspx ) fait une alliance avec une entreprise de vaccins en Russie http://www.outsourcing-pharma.com/Contract-Manufacturing/Merck-Co.-Ups-Russian-Contract-to-Appease-Pharma-2020
Merck, le laboratoire ayant commercialisé le Vioxx entre 1999 et 2004, n'a pas publié le résultat de ses recherches qui montraient dès 2001 que son médicament augmentait nettement le risque de crise cardiaque. Résultat : plus de 30 000 morts, rien qu'aux Etats-Unis. http://www.lesmotsontunsens.com/scandale-vioxx-merck-morts-6281
http://www.liberation.fr/societe/2014/02/03/les-documents-qui-revelent-les-derives-du-laboratoire-merck_977473
-Le groupe biotechnologique américain Genzyme GENZ.O Planifie des projets de recherche conjoints avec le centre de haute technologie russe ChemRar qui s'occupe des vaccins russes ChemRar
http://www.reuters.com/article/russia-pharma-idUSLDE6610AV20110317  -
l'entreprise américaine Agenus fait alliance avec l'entreprise Russe Chemrar pour l'élaboration de vaccins
https://globenewswire.com/news-release/2011/12/19/463937/241009/en/Agenus-and-ChemRar-Enter-Into-Agreement-in-the-Area-of-Personalized-Cancer-Vaccines.html


                                                  (logo de l'entreprise israélienne TEVA)

Des entreprises de vaccins Russes font alliance avec des entreprises israéliennes : NANOLEK, l'entreprise nationale fabricant de vaccins Russe
http://www.nanolek.ru/en/content/nanolek-sanofi-pasteur-and-kirov-region-signed-tripartite-cooperation-agreement-field-health
fait un partenariat avec l'entreprise israélienne Teva :  « Le 27 septembre 2016 dans le cadre de la 13ème réunion de la Commission mixte russe-israélienne pour le commerce et la coopération économique en vertu du règlement des coprésidents - Vice-Premier ministre de la Fédération de Russie Arkady Dvorkovich et Ministre de la protection de l'environnement d'Israël Ze'ev Elkin - les entreprises Teva et NANOLEK ont conclu un accord sur le transfert de fabrication d'une gamme de médicaments d'injection stériles en Russie. »
http://www.nanolek.ru/en/content/teva-and-nanolek-signed-agreement-strategical-partnership
 "Les objectifs du partenariat comprennent la production de drogues injectables stériles sur la base d'une usine biopharmaceutique de la société Nanolek, la création de lieux de travail supplémentaires, la formation des spécialistes, le transfert de technologies, y compris l'inspection finale de la qualité, le transfert des droits de propriété intellectuelle et l'attraction des investissements ", le communiqué m'a dit.  Il a noté que les substances pharmaceutiques produites dans les usines israéliennes seraient utilisées pour produire des médicaments en Russie. Nanolek a ajouté que le cycle de production serait complété au quatrième trimestre de 2018"
https://sputniknews.com/world/201609271045767019-israel-russia-pharmaceutical-production/
Le milliardaire russe Roman Abramovich investit 10 millions de dollars dans une entreprise biotechnologique israélienne StoreDot :  « Le propriétaire de la première ligue londonienne Chelsea FC, Roman Abromovich, a investi 10 millions de dollars dans Startup StoreDot : . Les nano-nanométries à l’échelle nanométrique peuvent être appliquées dans l’administration de médicaments, pour atteindre des régions spécifiques du cerveau en traversant le BBB de manière précise.  Ses nanodots à base de peptides peuvent, en outre, fonctionner comme biomarqueurs – pour examiner la fonction des organes et d’autres aspects de la santé, comme le diagnostic précoce de maladies neurodégénératives. La société a effectivement commencé à développer ces nanodots dans le cadre de sa mission d’origine, la recherche d’Alzheimer. Non seulement les peptides ont des caractéristiques optiques et électroniques des nanocristaux semi-conducteurs inorganiques: dans les bonnes conditions, ils se montent facilement en nanomatériaux. Cette découverte sévère a été faite à travers la réunion des disciplines Basé à Ramat Gan, StoreDot a été créé en 2012 par son PDG Doron Myersdorf, qui a un doctorat. En ingénierie industrielle et gestion du Technion, l’Institut israélien de technologie à Haïfa. En 2013, il a recueilli environ 6 millions de dollars en fonds de capital-risque. À ce stade, tout ce que StoreDot doit montrer est un prototype et assez volumineux à ce sujet. Cependant, ce nouveau produit devrait entrer dans la production commerciale d’ici la fin de 2016. Roman Arkadyevich Abramovich est un investisseur, un homme d’affaires et un politicien russe. Selon Forbes, il est la 5ème personne la plus riche en Russie et la 50ème personne la plus riche au monde avec une fortune nette estimée à 14,6 milliards de dollars.»
http://jewishbusinessnews.com/2014/06/12/russian-billionaire-roman-abromivich-invets-10-million-in-israeli-startup-storedot/
 Sanofi Pasteur, le futur roi de l'Eurasie qui imposera ses vaccins à tous les européens et russes :  "19 juin 2015, Saint-Pétersbourg - Sanofi Pasteur, la division des vaccins de Sanofi et NANOLEK (Société de projet RUSNANO l'entreprise de nanotechnologie dirigé par Anatoly Chubais) ont signé un protocole d'entente pour produire des vaccins En Russie lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg."
http://www.sanofipasteur.com/en/Documents/PDF/PR-locaux/Nanolek%20Sanofi%20SPB%20Forum%20press%20release%20ENGL_TCL%20XCandNanolakQuotePresident1906.pdf
"NANOLEK l'entreprise nationale de vaccins russes, Sanofi Pasteur l'entreprise de vaccins français et le préfet de la région de Kirov ont signé l'accord de coopération tripartite dans le domaine de la santé et de la production pharmaceutique  Lors de la cérémonie, il y avait Dvorkovich AV, vice-premier ministre de la Russie, chef de la délégation officielle, Krayevoy SA, vice-ministre des soins de santé de la Fédération de Russie, Kolotilov ON, directeur du département de développement de la Pharmaceutique et Industrie médicale du ministère de l'Industrie et du Commerce de la Fédération de Russie  19 juin 2015, Saint-Pétersbourg - Sanofi Pasteur, la division vaccins de Sanofi et NANOLEK (Société de projet RUSNANO) ont signé un protocole d'entente pour produire des vaccins. En Russie, lors du Forum économique international à Saint-Pétersbourg.  Arkady Dvorkovich, premier adjoint du Premier ministre russe, a déclaré: "Aujourd'hui, les biotechnologies sont l'une des directions les plus innovantes en perspective dans une variété d'industries différentes, y compris les produits pharmaceutiques. La société où nous sommes aujourd'hui, grâce à son activité, nous montre qu'il est possible d'être le fabricant réussi, de promouvoir le développement des médicaments et des vaccin biotechnologiques domestiques (selon la stratégie de l''État, y compris «Pharma-2020»).  ( donc cela confirme bien que la Russie est pour les médicaments et les vaccins biotechnologiques) Vladimir Khristenko, président de l'entreprise nationale Russe NANOLEK propriété de Rusnano entreprise nationale de Russe aussi, a noté: «Nous collaborons avec succès avec nos partenaires - la région de Kirov et Sanofi Pasteur dans le domaine de la production locale de vaccins innovants.  La première étape de production du vaccin Pentaxim © combiné 5 en 1 dans les locaux du BMC Nanolek commence à la fin de cette année.  Lors de la réalisation des indicateurs de production du projet, le montant des vaccins Pentaxim ©, publié dans les locaux du BMC "Nanolek", sera jusqu''à 10 millions de doses par an. À ce stade, nous souhaitons élargir notre coopération et nous joindre aux efforts visant à améliorer le secteur de la santé dans la région >>
http://www.nanolek.ru/en/content/nanolek-sanofi-pasteur-and-kirov-region-signed-tripartite-cooperation-agreement-field-health
­ Pourquoi l'entreprise de vaccins Russe s'appelle Nanolek ? Parce que les vaccins Russes se basent sur la nanotechnologie, donc tout comme les autres vaccins, reposent sur la présence des métaux lourds en forme de nanoparticules.  Et Rusnano qui a lancé le proket Nanolek (l'un c''est nano à la fin et l'autre nano au début, mais c'est toujours nano), donc Rusnano veut lui la puce RFID puisqu'il s'associe à IBM qui impose le smart city et l'implant neural partout dans le monde.
http://www.software-russia.com/news/industry_news/ibm-signs-collaboration-agreement-with-russian-innovation-giants
Les hôpitaux russes utilisent IBM pour enregistrer les dossiers de leurs patients
http://www.ibsi-us.com/2011/01/russian-hospitals-to-use-ibm-lotus-domino/  
IBM et l'entreprise nationale russe Rosatom font une alliance pour le Big Data et l'intelligence artificielle Big Brother le 7 juin 2017.  L'accord a été signé lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg par Valery Limarenko, président de ASE Group, et Andrey Filatov, directeur général d'IBM pour la Russie et la CEI. Limarenko a souligné que la coopération avec IBM créerait de nouveaux produits de haute technologie qui sont en demande en Russie et à l'étranger. Dans le cadre de l'accord, les entreprises chercheront des solutions "basées sur l'intelligence artificielle et l'apprentissage assisté par ordinateur à l'aide de cognitifs", a déclaré Rosatom http://www.neimagazine.com/news/newsrussias-ase-signs-agreement-with-ibm-5835085
Bientôt les livres disparaîtront et tout ce que les gens apprendront seront contrôlés par les Big entreprises.  Sanofi Pasteur lance Pentaxim® en Chine le premier vaccin combiné 5-en-1
http://mediaroom.sanofi.com/sanofi-pasteur-lance-pentaxim-en-chine-le-premier-vaccin-combine-5-en-1/
 Le vaccin contre l'hépatite B tue huit bébés en Chine; Le fabricant de médicaments dit "coïncidence
http://www.naturalnews.com/044213_vaccines_baby_deaths_hepatitis_B.html  Les parents en Chine sont extrêmement en colère après avoir appris une opération massive de vaccination illégale dans la province de Shangdong  L'indignation a augmenté après que les nouvelles ont répandu qu'un garçon qui avait été vacciné est mort, bien que les responsables chinois aient affirmé que la mort n'était pas liée au scandale de Shangdong, une histoire qu'aucune personne réfléchie ne croirait réellement. http://www.naturalnews.com/053555_China_vaccine_injuries_child_deaths.html http://www.bioplanassociates.com/publications/articles/VACCINES_China_Zhou_Apr07_ChinaB.pdf
Chine : des escrocs commercialisaient des vaccins périmés
https://fr.news.yahoo.com/chine-escrocs-commercialisaient-vaccins-périmés-152810270.html
 "La Chine possède l'une des populations les plus vaccinés du monde. En fait, le vaccin contre la rougeole est obligatoire. Alors, pourquoi ont-ils eu plus de 700 épidémies de rougeole à partir de 2009 et 2012 seulement? La réponse évidente est que les vaccins contre la rougeole ne sont tout
simplement pas efficaces. Grande expérience de l''échec du vaccin obligatoire contre la prévention du virus en Chine"
http://www.greenmedinfo.com/blog/why-china-having-measles-outbreaks-when-99-are-vaccinated-2
La Chine commande les vaccins contre la H1N1 qu'elle rend obligatoire sur son territoire.
https://dochand.wordpress.com/2009/09/11/china-orders-mandatory-h1n1-vaccinations/
l'OMS dirigé par la chinoise (Hong Kong) Magaret Chan recommande à la Chine d'étendre le nombre de vaccins
obligatoireshttp://english.cri.cn/12394/2016/03/30/1821s922378.htmhttps://en.wikipedia.org/wiki/Margaret_Chan
Lien alterinfo: Disponible en plaçant bout à bout, les deux liens ci-dessous. 


http://www.alterinfo.net/
 la-Russie-rend-11-vaccins-obligatoires-dans-l-ignorance-de-tous-La-Russie-et-les-USA-et-la-banque-europeenne-font-des_a131511.html#kOf3rC3uRTj3HxFJ.99

(image: Sanofi en Russie)

mardi 31 octobre 2017

Hello Cover Palestine Version Waheeb Nasan & Kareem Ibrahim (sous titres FR)





Waheeb on Instagram @WaheebNasan
Waheeb on Twitter @WaheebNasan
Kareem on Instagram @Kareem_Ibrahim18
Kareem on Twitter @KIbrahim018
Shaban Studio's on Instagram @Shaban_Studio

https://www.facebook.com/TheRealWaheebNasan/
https://www.facebook.com/KareemIbrahimOfficial/

Booking For Waheeb @ waheebmusic@gmail.com
Video Shot By: Summar Shaban
Editor: Yasmeen Haleem
Song Writer: Waheeb Nasan Lyrics !!!!
Traduction amateur: TheAnarchy322

lundi 31 juillet 2017

Des découvertes importantes sur le lien entre aluminium et maladie d’Alzheimer 

 

 

 Le Pr Christopher Exley, spécialiste renommé de la toxicité de l’aluminium, vient de publier un communiqué de presse annonçant des découvertes importantes sur le lien « aluminium – maladie d’Alzheimer ».

 

Nous avons souhaité le porter à votre connaissance. Vous trouverez ci-dessous la version française avec les coordonnées du Pr Exley et le lien vers la publication scientifique dont il est question.
Didier Lambert
Président E3M


Communiqué de presse du Pr Christopher Exley Traduction de l’association E3M

Maladie d’Alzheimer familiale : des taux d’aluminium extrêmement élevés dans le tissu cérébral

Depuis un demi-siècle ou plus, il existe une corrélation étroite entre l’exposition humaine à l’aluminium et l’incidence de la maladie d’Alzheimer. Cependant, en l’absence de preuve définitive, il n’y a toujours pas de consensus au sein de la communauté scientifique sur le rôle de cette neurotoxine connue dans cette maladie cérébrale dévastatrice.

Les toutes dernières recherches de mon groupe, publiées dans le Journal « Trace Elements in Medecine and Biology », ont permis de mettre en évidence des liens incontestables. Selon moi, les conclusions confirment sans équivoque le rôle de l’aluminium dans certaines formes de maladie d’Alzheimer si ce n’est dans toutes.



A minima ces nouveaux résultats devraient encourager tout le monde, et même ceux qui ont obstinément affirmé que l’aluminium n’avait aucun rôle dans la maladie, à y réfléchir à nouveau.

Je ne crois pas que ce soit le seul facteur, mais je pense que c’en est un important qui doit être très sérieusement étudié.

Lorsque nos nouveaux résultats sont replacés dans le contexte de ce qui est déjà connu au sujet de l’aluminium et la maladie d’Alzheimer, ils prennent une signification très importante et convaincante.

Nous savons déjà que la proportion en aluminium du tissu cérébral dans la maladie d’Alzheimer à début tardif ou sporadique est significativement plus élevée que celle observée chez les témoins de même âge. Ainsi, les individus qui développent la maladie à 60 ans ou plus tard ont accumulé également plus d’aluminium dans leur tissu cérébral que les individus non malades du même âge.

Des concentrations encore plus élevées d’aluminium ont été trouvées dans le cerveau de sujets atteints de la maladie d’Alzheimer sporadique (généralement tardive) sous sa forme précoce, après qu’ils aient subi une exposition anormalement élevée à l’aluminium dans leur environnement (par exemple à Camelford) ou sur leur lieu de travail. Cela signifie que la maladie d’Alzheimer apparaît à un âge beaucoup plus précoce, par exemple, à la cinquantaine ou la soixantaine chez des individus qui ont été exposés dans leur vie quotidienne à des niveaux inhabituellement élevés en aluminium.



Nous démontrons aujourd’hui que les taux d’aluminium parmi les plus élevés jamais mesurés dans le tissu cérébral humain se trouvent chez les personnes qui sont décédées avec un diagnostic de maladie d’Alzheimer familiale.

Les taux d’aluminium dans le tissu cérébral des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer familiale sont semblables à ceux enregistrés chez les personnes décédées d’une encéphalopathie induite par l’aluminium alors qu’elles étaient sous dialyse rénale.

À l’appui de nos données quantitatives, nous avons également utilisé une méthode récemment développée et entièrement validée de microscopie par fluorescence pour fournir des images stupéfiantes et claires de l’aluminium dans le tissu cérébral provenant de donneurs atteints de la maladie d’Alzheimer familiale.





La maladie d’Alzheimer familiale est une forme précoce de la maladie, avec des premiers symptômes apparaissant dès l’âge de 30 ou 40 ans. Elle est extrêmement rare et représente probablement 2 à 3% de tous les cas de la maladie d’Alzheimer. Elle trouve son origine dans des mutations génétiques associées à une protéine appelée bêta-amyloïde, une protéine qui a été étroitement associée aux causes de toutes les formes de maladie d’Alzheimer.
Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer familiale produisent plus de bêta-amyloïde et l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer apparaissent plus tôt dans la vie.



Cette nouvelle recherche peut indiquer que ces prédispositions génétiques à l’apparition précoce de la maladie d’Alzheimer sont liées d’une certaine manière à l’accumulation d’aluminium (par le biais de l’exposition quotidienne « normale » de l’homme) dans le tissu cérébral.

Le vieillissement est le principal facteur de risque de la maladie d’Alzheimer, or l’aluminium s’accumule avec l’âge dans le tissu cérébral humain. L’exposition environnementale ou professionnelle à l’aluminium induit des niveaux élevés d’aluminium dans le tissu cérébral humain et une forme de maladie d’Alzheimer sporadique précoce. Les prédispositions génétiques qui sont utilisées pour définir la maladie d’Alzheimer familiale ou précoce, prédisposent aussi les sujets à avoir des niveaux élevés d’aluminium dans le cerveau à un âge précoce.

Il est admis que l’aluminium est une neurotoxine connue, comme étant par exemple la cause de l’encéphalopathie des dialysés, et son accumulation dans le tissu cérébral humain à tout âge ne peut que favoriser une toxicité continue voire un état pathologique permanent.

Nous devrions prendre toutes les précautions possibles dans le cadre de nos activités quotidiennes pour réduire l’accumulation d’aluminium dans nos tissus cérébraux, et nous devrions commencer le plus rapidement possible.

Cette nouvelle étude, publiée dans le Journal Trace Elements in Medicine and Biology, est disponible en ligne et en accès libre (http://www.sciencedirect.com/ science/article/pii/ S0946672X16303777).

Plus d’informations sont disponibles auprès du Professeur Christopher Exley, Centre Birchall, Laboratoires Lennard-Jones, Keele University, Staffordshire, ST5 5BG, United Kingdom (voir contacts ci-dessous).

CONTACT :
Pr Christopher Exley Contact : 44 1782 734080 / c.exley@keele.ac.uk Site internet : http://www.keele.ac.uk/aluminium



mercredi 14 juin 2017

La peste au Mexique, oui bien sûr !!!

J’ai été témoin de l’épidémie de grippe de 1918

Eleanor McBean



Tous les médecins et les gens qui ont vécu à l’époque de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que ce fut la maladie la plus terrible que le monde ait jamais connue. Des hommes vigoureux et robustes pouvaient ainsi mourir du jour au lendemain. La maladie présentait les aspects de la peste noire, comme aussi de la fièvre typhoïde, de la diphtérie, de la pneumonie, de la variole, des maladies paralytiques, comme d’autres maladies contre lesquelles les populations avaient été vaccinées juste après la première guerre mondiale. On avait administré quantité de vaccins et de sérums toxiques à pratiquement toute la population. La situation devint réellement tragique quand éclatèrent tout d’un coup ces maladies engendrées par la médecine.

 La pandémie s’éternisa deux ans, nourrie par les médicaments toxiques que les médecins prescrivaient pour supprimer les symptômes. Pour autant que j’aie pu l’observer, la grippe atteignait essentiellement les vaccinés. Ceux qui avaient refusé la vaccination échappaient à la maladie. Ma famille avait refusé toutes les vaccinations. C’est ainsi que nous sommes restés tout le temps en excellente santé. Nous savions de par les enseignements de Graham, Trail, Tilden et d’autres qu’on ne peut contaminer le corps avec des poisons sans que celui-ci ne devienne malade.

Quand l’épidémie atteignit son paroxysme, tous les magasins, les écoles, les entreprises étaient fermés et même jusqu’à l’hôpital. Les infirmières et les médecins qui s’étaient fait vacciner étaient terrassés par la maladie. On ne voyait plus personne dans les rues. La ville était devenue une ville fantôme. Comme notre famille (qui n’avait pas accepté les vaccinations) semblait être une des rares familles à ne pas avoir attrapé la grippe, mes parents couraient de maison en maison pour s’occuper des malades, vu qu’il était impossible de trouver un médecin. Si c’étaient les germes, les bactéries, les virus ou les bacilles qui devaient en fait provoquer la maladie, ils auraient eu cent fois l’occasion de s’attaquer à mes parents qui passaient plusieurs heures par jour dans les chambres de malades. Pourtant mes parents ne contractèrent jamais la grippe et ne rapportèrent à la maison aucun germe qui aurait pu s’attaquer aux enfants. Aucun membre de notre famille ne fut atteint par la grippe. Il n’y eut même pas le moindre rhume alors que l’hiver était rude et la neige épaisse.

On a dit que l’épidémie de grippe de 1918 avait tué 20 000 000 de personnes dans le monde. Mais en fait ce furent les médecins qui occasionnèrent cette hécatombe avec leurs traitements grossiers et meurtriers. C’est une terrible accusation, mais elle n’en demeure pas moins vraie, s’il faut en juger par les succès obtenus par les médecins n’utilisant pas les médicaments.

Alors que pour les médecins et les hôpitaux traditionnels, les décès s’élevaient à 33 %, les autres hôpitaux (non traditionnels) comme Battle Creek, Kellogg, Macfadden's Health Restorium obtenaient pratiquement 100 % de guérisons avec des méthodes naturelles simples comme les cures d’eau, les bains, les lavements, le jeûne, des régimes alimentaires très bien étudiés comprenant essentiellement de la nourriture naturelle. Un médecin que nous avons connu n’a pas perdu un seul patient de la grippe en huit ans...

Si les médecins classiques avaient été aussi éclairés que les thérapeutes utilisant les méthodes naturelles, on n’aurait sûrement jamais parlé de 20 000 000 morts suite au traitement médical officiel de la grippe.

Chez les militaires vaccinés, la maladie a frappé sept fois plus que chez les civils non vaccinés. Ces soldats souffraient en fait des maladies contre lesquelles ils avaient été vaccinés. Un soldat qui, en 1912, était rentré des territoires d’outre mer m’avait confié que les hôpitaux militaires étaient remplis de cas de paralysie infantile et il se demandait comment il était possible que des adultes puissent contracter une maladie d’enfance. Nous savons maintenant que la paralysie est une suite classique d’un empoisonnement vaccinal. Chez nous la paralysie n’est apparue qu’après la campagne de vaccination massive de 1918.


Les vaccins : protection ou illusion ?

Marjolaine Jolicoeur

AHIMSA

La médecine officielle est obsédée par la vaccination. Cette vaccinomanie est, pour elle, la solution incontournable pour prévenir les maladies, une protection contre presque tous les maux. Cette course effrénée pour trouver un vaccin contre toutes les calamités pesant sur l’humanité nous apportera peut-être un vaccin contre les accidents d’autos... Refuser de faire vacciner nos enfants ou nous-mêmes, on nous taxe, le plus souvent, d’irresponsables, de mal renseignés ou d’un manque de civisme. Un médecin m’a déjà dit que mon fils non vacciné était une menace pour les autres enfants... Les parents des nouveau-nés subissent eux aussi une pression médicale et sociale. On prophétise, à intervalles réguliers, une épidémie de rougeole ou de méningite et les écoles se transforment en « piqueries. »

Avant de partir pour l’étranger, les cliniques de vaccination conseillent parfois plus de sept vaccins ou rappels, de quoi bousiller complètement le système immunitaire, avant même de partir en vacances. Le succès, auprès du public, d’un livre comme "La mafia médicale", de Guylaine Lanctôt, plonge certains médecins dans une crise d’hystérie, proche de la transe fanatique. On s’étonne presque que des bûchers ne soient pas encore prêts pour tous ces hérétiques qui osent remettre en question la validité des vaccins.

L’histoire se répète, puisqu’au début des années 70, le Dr. Paul-Émile Chevrefils, fut radié des cadres de sa profession par le Collège des médecins suite à son opposition aux vaccins. Il n’hésitait pas à dire en 1965 : "Les vaccins donnent les maladies, en créent de nouvelles et propagent la mort. La preuve scientifique qu’une provocation artificielle d’une maladie empêche l’apparition d’une maladie naturelle n’a jamais été établie. Comme médecin, je m’élève contre ces vaccinations et proteste contre le mythe de Pasteur".

Depuis 1885, année où on appliqua à l’humain le premier vaccin vivant atténué contre la rage, nombre de médecins et de chercheurs s’opposèrent à cette pratique. À la fin du XIXe siècle, la "Ligue universelle des anti-vaccineurs" dénonça avec force les théories de Pasteur, pour qui les microbes (germes, virus, etc.) sont entièrement responsables de la presque majorité des affections de l’humain et des animaux.

Le monopole de la médecine officielle les fit taire et encore de nos jours, le silence est imposé aux infidèles, des thérapeutes de médecines douces, mais aussi de nombreux médecins, pédiatres, biologistes et chercheurs scientifiques. Depuis les cent dernières années, cette médecine, avec l’aide des multinationales pharmaceutiques, ignore les thérapies naturelles, écologiques ou holistiques pour faire la "guerre" aux maladies par le biais des vaccins. Les analogies pour se "battre" contre les microbes et les virus sont nombreuses dans le vocabulaire médical : l’agent, l’ennemi, l’identification de l’agent, sa neutralisation ou sa destruction, offensive, contre-offensive. Notre corps est un immense champ de bataille.

Avec sa vision mécaniste de l’humain, la médecine guerrière a provoqué une augmentation alarmante de maladies auto-immunes, telles que le Sida, les otites, l’asthme, l’herpès, les tumeurs, etc. Les infections bactériennes résistent de plus en plus aux antibiotiques et les scientifiques, depuis ces vingt dernières années, ont été confrontés à un nombre grandissant de maladies inconnues. De nouvelles formes d’hépatite ainsi que des virus entraînant la leucémie et d’autres virus hémorragiques du type Ebola ont fait leur apparition.

René Dubos dans son livre "Mirage of Health" remarque, à juste titre, que : "Le monde est obsédé par le fait que la poliomyélite peut tuer d’infortunées victimes chaque année. Mais ce qu’il y a d’extraordinaire c’est que des millions et des millions de jeunes enfants sont infectés par le virus de la poliomyélite sans souffrir de la maladie. Les virus et les bactéries ne sont pas les causes des maladies, il s’agit d’autre chose."

On peut refuser les vaccins pour d’évidentes raisons de santé, mais aussi pour des raisons philosophiques, religieuses ou pour ses liens étroits avec la cruauté de l’expérimentation animale. Après avoir été confrontée à la vaccination en tant que mère et voyageuse, suite à mes lectures de nombreux livres et rapports de différents points de vue, je ne vois aucun avantage réel aux vaccinations et je les refuse pour toutes les raisons évoquées. Nous avons tous la capacité et la responsabilité de nous poser des questions sur les vaccins. Nous n’avons pas à remettre à d’autres notre pouvoir. La santé de notre corps et celles de nos enfants nous appartient, totalement.

La vaccination, ou l’immunisation, selon les termes de la médecine officielle, est basée sur le concept que l’inoculation de bactéries. De fragments de capsules bactériennes, de toxines bactériennes, de virus ou de fragments de virus, permet de procurer au corps humain les moyens pour se défendre contre une agression biologique avant qu’elle ne survienne. Il s’agit de stimuler le système immunitaire et de provoquer une réponse par un antigène (le vaccin) qui s’exprime par la production d’anticorps (une protéine) spécifiques.


Cette vaccination=immunisation, donc protection. Cette formule ignore la variation des réactions biologiques, variations dans les réponses immunitaires. Personne ne se donne la peine de contrôler les effets immunitaires après la vaccination, pas d’examens après les vaccins pour trouver les titrages d’anticorps. Pour pallier ces variations immunitaires, on fera des rappels, on revaccinera une deuxième fois, comme ce fut le cas pour la rougeole au Québec, au printemps 1996.

Avant la vaccination, on ne s’informe pas vraiment pour savoir si elle sera bien supportée par le vacciné. Mais même si celui-ci est apparemment en bonne santé, des problèmes peuvent survenir :"Un enfant peut être en bonne santé et cependant, un dérèglement récent ou ancien, discret ou évident, souvent même non apparent, de ses systèmes neurovégétatif et hormonal est susceptible de déclencher des accidents de gravité variable" (Dr. Kalmar) Dès que quelques cas de rougeole ou de méningite pourraient faire croire à une menace d’épidémie, on vaccine massivement sans contrôle préalable sur la santé du vacciné. Chaque automne, au Canada, 4 millions d’individus se font vacciner contre la grippe, en très grande majorité des personnes âgées, parfois de peu de résistance. Après la vaccination, si on détectait la présence d’anticorps, cela indiquerait-il vraiment une protection contre la maladie ? Dans un article de "l’Australian Journal of Medical Technology", le virologue B. Allen rapporte le cas d’un groupe de soldats vaccinés contre la rubéole qui, bien qu’ils démontraient une production d’anticorps, contractèrent tout de même la maladie, dans une proportion de 80 %.

Notre système immunitaire a-t-il vraiment besoin d’agents extérieurs, d’une immunisation artificielle pour bien fonctionner ? Cette immunisation artificielle renforce-t-elle notre système immunitaire ? Des substances associées à la maladie et à la mort peuvent-elles vraiment apporter la santé ?

Les virus ou protéines étrangères des vaccins ne sont pas filtrés par le système digestif ou le foie, mais directement injectés dans le sang et le système lymphatique, leur donnant un accès direct immédiat aux organes. Les vaccins court-circuitent donc totalement nos systèmes de défense naturelle.

Pour la médecine, c’est parce que le système immunitaire du bébé est immature qu’il doit être vacciné. Mais ce bébé n’est-il pas plus vulnérable aux effets toxiques et allergènes des vaccins, justement parce que son système immunitaire est en formation ? H. Buttram et J. Hoffman, à la fois médecin et chercheur en biologie moléculaire affirme : " Les vaccinations en bas âge ne peuvent pas aider, car elles ont des effets dangereux sur le système immunitaire de l’enfant laissant peut-être ce système tellement atteint qu’il ne peut plus protéger l’enfant durant sa vie, ouvrant la voie à d’autres maladies suite à une dysfonction immunitaire".

Même son de cloche chez le professeur Pariente : "Stimuler sans cesse l’immunité n’est pas sans danger". Introduire dans un organisme des protéines étrangères à son code génétique viole l’intégrité biologique et amène l’épuisement du système immunitaire et non l’immunité. Il s’ensuit un déséquilibre écologique. Nous avons tous en nous des millions de germes microbiens plus ou moins actifs et de virus à l’état latent, qui sont en équilibre entre eux et le système immunitaire. Modifier cet équilibre peut avoir des conséquences graves : des microbes jusqu’à là non pathogènes peuvent alors devenir redoutables.

De plus, les virus des vaccins ont des propriétés tout à fait particulières de résistance et des pouvoirs de mutation. Deux virus peuvent se combiner et donner naissance à un hybride bien plus dangereux. Ces virus peuvent rester à l’état latent dans l’organisme pendant des années et ne devenir pathogènes qu’en présence d’un autre virus, d’un agent physique ou chimique ou tout simplement d’une déficience des défenses immunitaires. En 1969, la revue suisse "Médecine et Hygiène" constatait que depuis la généralisation de la vaccination contre la poliomyélite, certains virus qui jusque-là ne provoquaient que des "infections asymptomatiques" devenaient de plus en plus souvent pathogènes. En 1974, le professeur Bastin déclarait que "le vaccin contre la rougeole exalte le pouvoir pathogène des adénovirus."

Les vaccins, tel que vu précédemment, sont composés de virus ou de bactéries. Par exemple, celui pour la coqueluche provenait à l’origine, du mucus de la gorge d’enfants atteints et celui de la typhoïde, de matière fécale décomposée de patients malades. On retrouve aussi dans les vaccins différents produits chimiques, des antibiotiques, des stabilisateurs et des agents de conservation. D’autres additifs : de la gélatine hydrolysée à titre d’agent stabilisant, du phosphate d’aluminium, du phénol, du sorbitol, du formalin et du thimerosal. Tous des ingrédients toxiques, cancérigènes et allergènes.

Le thimerosal, un dérivé mercuriel est utilisé comme préservateur. En 2001, on retrouve du mercure dans les vaccins contre la méningite, l’hépatite B et la grippe. S’élimine difficilement de l’organisme. Dans une étude publiée en 1979, dans le "British Medical Journal", 26 patients reçurent un sérum d’immunoglobulines contenant du thimerosal. 19 d’entre eux (soit 73 %) virent leur taux de mercure augmenter, fait prouvé par des analyses d’urines. Le mercure est un métal toxique, s’accumule dans le cerveau et peut causer des dommages importants au système nerveux. Il traverse le placenta pour atteindre le cerveau du fœtus et contamine les nourrissons par le lait maternel. L’aluminium se retrouve dans la majorité des vaccins.

Le formalin (solution contenant 37 % de formaldéhyde) inactive le virus dans les vaccins antipoliomyélitiques, de la fièvre jaune et de la grippe. Il se retrouve aussi dans ceux de la diphtérie, du tétanos et du DCT (diphtérie, coqueluche, tétanos). La toxicité du formaldéhyde, du thimerosal et de l’aluminium est reconnue et dûment prouvée par nombre d’études scientifiques.

Les fabricants de vaccins argumenteront que ces produits chimiques se retrouvent en petites quantités dans les vaccins et que leur innocuité fut testée sur des animaux de laboratoire, ce qui n’est pas pour nous rassurer. Leurs effets toxiques, cumulatifs, leurs interactions entre eux et les virus ou microbes forment un imprévisible cocktail pour un bébé de petite taille, ou même pour un adulte.

En outre, on peut se demander si ces produits chimiques réussissent vraiment à atténuer le pouvoir pathogène des virus et des bactéries ou à les tuer. Pour justifier les vaccinations massives, certains membres de la médecine scientifique tendent à démontrer que la baisse de l’incidence des maladies est due à l’introduction des vaccins qui firent disparaître, entre autre, la variole.

La peste, qui faisait des millions de morts autrefois n’existe presque plus et ce, sans qu’un vaccin n’y soit pour quelque chose. La diphtérie a disparu en même temps dans les pays qui vaccinaient et dans ceux qui ne vaccinaient pas. En Suède, cette maladie a disparu sans aucune vaccination de masse. Selon certaines données épidémiologiques, la poliomyélite a disparu en Europe pendant les années 40 et 50 et ce, sans vaccination de masse.

Nombre de graphiques démontrent à l’évidence que le nombre de décès causés par les maladies infectieuses avait déjà commencé à diminuer avant que les vaccinations ne deviennent disponibles. Quand elles ont été implantées, le niveau était déjà rendu très bas grâce à une alimentation plus saine, des logements plus salubres, une meilleure hygiène, un statut social plus valorisant, etc.


Certains médecins préfèrent ignorer ces solutions de bon sens pour mettre en avant les vaccinations de masse. Ils affirmeront, par exemple, qu’au Mali, là où les vaccins sont pratiquement inexistants, un nouveau-né à seulement une chance sur cinq de vivre jusqu'à à cinq ans. En Afrique, la rougeole tue deux enfants sur cinq au même âge. Mais ces enfants ne meurent-ils pas plutôt à cause des conditions de vie difficiles que les vaccins ne peuvent améliorer ?

Dans les années 80, l’objectif conjoint de l’Unicef et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) était qu’en 1990, tous les enfants du monde soient vaccinés contre ces 6 maladies : rougeole, poliomyélite, diphtérie, tétanos, coqueluche et tuberculose. Pourtant, des enfants affamés ou mal nourris supportent mal les vaccinations. L’objectif de ces organismes devrait plutôt être de l’eau potable et une alimentation équilibrée pour tous les enfants. Voilà un objectif plus humanitaire, pour sauver ces 15 millions d’enfants de moins de cinq ans qui meurent chaque année sur notre planète. Notons que 4 millions d’entre eux meurent à cause de la diarrhée. Il est vrai que ces mesures ne rapporteraient pas grand chose aux compagnies pharmaceutiques...

La vaccination ne protège pas et, fait encore plus terrible, elle donne la maladie qu’elle est supposée enrayer. En Angleterre, en mai 1871, les autorités médicales affirmaient que 87.5 % de toute la population avait été vaccinée. L’année suivante, le pays expérimenta la pire épidémie de variole de toute son histoire, ce qui tua 44 840 personnes. En Ecosse, entre 1855-1875, plus de 9 000 enfants de moins de cinq ans moururent de la variole en dépit du fait que le pays était à cette époque l’un des plus vacciné du monde. En Allemagne, dans les années 1870-71, 100 000 personnes eurent la variole, dont 120 000 succombèrent à la maladie. 96 % d’entre elles avaient été vaccinées.

En fait, la variole sembla cinq fois plus fatale parmi ceux qui étaient vaccinés que parmi ceux qui ne l’étaient pas. Dans son livre "The Vaccination Superstition", le Dr. J.W. Hodge note : "Après une soigneuse considération de l’histoire de la vaccination ramassée à même une étude impartiale et compréhensible de statistiques vivantes et de données pertinentes provenant de source sûre, et à la suite d’une expérience à partir du fait d’avoir vacciné 3 000 sujets, je suis fermement convaincu que la vaccination ne peut être montrée comme ayant quelque relation logique avec la diminution des cas de variole. La plupart des personnes sont mortes de la variole qu’ils contractèrent après avoir été vaccinées."

Le professeur George Dic, en 1973, abonde dans le même sens en disant que lors des décennies précédentes en Grande-Bretagne, 75 % de ceux ayant contracté la variole avait été vaccinés. Des cas de poliomyélite se déclarèrent au Gabon, au Brésil et à Taiwan dans des populations à grande majorité vaccinées.

En 1987, à l’Université d’Alberta, une épidémie d’oreillons ravagea le campus malgré un taux de vaccination de 98 %. Entre janvier et mai 1989, au Québec, sur 1 600 cas de rougeole, plus de 58 % des enfants avaient été vaccinés. D.M. Johnson dans le "Journal of the American Medical Association" (1969) rapporte des cas de mort par tétanos chez des individus dûment vaccinés. En 1941, la majorité des enfants de France étaient vaccinés contre la diphtérie, ce qui n’empêcha pas les cas de diphtérie de tripler en 1943.

Les docteurs Dettman et Kalokerinos trouvèrent dans les annales du Ministère de la Santé de l’Ecosse que, durant la période allant de 1941 à 1944, 23 000 cas de diphtérie furent déclarés sur des enfants déjà vaccinés, entraînant la mort de 180 d’entre eux. Dans un essai majeur réalisé en Inde auprès de 260 000 personnes, le BCG s’avéra plus qu’inefficace : il est survenu plus de cas de tuberculose chez les vaccinés que dans le groupe placebo.

À court et à long terme, tous les vaccins présentent des effets secondaires, effets rapportés par les fabricants de vaccins eux-mêmes et décrits dans nombre de revues médicales. Convulsions, fièvre, urticaire, gonflement des ganglions, œdèmes, troubles gastro-intestinaux, apparaissent suite à l’injection du vaccin.

Les médecins conscients de ces effets secondaires ne les réfuteront pas mais concluront que "de deux maux, nous devons choisir le moindre mal". Les vaccins sont-ils vraiment le moindre mal ? Chez plusieurs enfants vaccinés (particulièrement avec le DCT- diphtérie, coqueluche, tétanos), on dénote des atteintes au système nerveux central, des cas de paralysie et d’inflammation du cerveau.


Selon une étude de Allan Hinman et Jeffrey Copelan, publiée en 1984 dans le "Journal of the American Medical Association", sur les 3,3 millions d’enfants vaccinés annuellement aux États-Unis avec le DCT, 16 038 démontrèrent des crises aiguës et des pleurs persistants - ce qui est considéré par plusieurs neurologistes comme l’indication d’une irritation du système nerveux central ; 8 484 eurent des convulsions ; 8 484 furent en état de choc dans les 48 heures suivant l’injection du DCT (Notons que des séquelles neurologiques peuvent survenir après la vaccination même en l’absence de réactions extrêmes). À long terme, les vaccins, en stimulant artificiellement le système immunitaire, ouvrent la porte aux maladies dégénératives, chroniques ou auto-immunes. G. Dettman dans "l’Australian Nurses Journal" (1977) rapporte que "certaines souches de vaccins peuvent être impliquées dans des maladies dégénératives telles que l’arthrite rhumatoïde, la leucémie, le diabète et la sclérose en plaques".

Un article dans le "British Medical Journal" (1967) par Miller abonde dans le même sens :"Plusieurs auteurs allemands ont décrit la relation entre la sclérose en plaques et les vaccinations contre la variole, la typhoïde, le tétanos, la poliomyélite et la tuberculose". R. Maskowitz, médecin et gradué de Harvard, est convaincu que les vaccins peuvent, à long terme, mener à une déficience du système immunitaire et causer : "des maladies considérablement plus graves que la maladie originale, impliquant des structures plus profondes, plus d’organes vitaux et ayant moins la possibilité de se résorber spontanément".

Le pédiatre Mendelsohn a raison de se demander : "Allons-nous échanger la rougeole contre le cancer et la leucémie ?" Les vaccins découlent directement de l’expérimentation animale, puisqu’en plus de contenir des sous-produits de l’abattoir, ils sont par la suite systématiquement tester sur des animaux. Des milliers de singes, par exemple, souffrent pour l’élaboration des vaccins contre le Sida et l’hépatite.

Les vaccins de la rougeole, de la fièvre jaune et des oreillons se cultivent sur des embryons de poulets. Celui contre l’encéphalite japonaise dans des cerveaux de souris ; ceux contre la polio, la rage, la varicelle et l’hépatite A baignent dans le sérum bovin.

Un virus a besoin de matière vivante pour se multiplier. L’embryon de poulet semble pour les multinationales de vaccins un foyer de culture idéal. Après onze jours d’incubation sous une température constante, un technicien injecte un virus dans l’embryon. On laisse le virus se multiplier à l’intérieur de l’œuf embryonnaire pendant deux ou trois jours. Le liquide dans lequel baigne l’embryon ou l’embryon lui-même est traité avec différents produits chimiques. Cette macération permet, selon les fabricants, de "digérer l’embryon". La dernière étape consiste à filtrer le liquide, opération permettant de ne conserver que le virus.

Les embryons de poulet se forment entièrement après 35 heures d’incubation et on peut voir leur cœur battre dès le cinquième jour. Ces futurs poussins proviennent de poulaillers contenant plus de 10 000 poules et près de 700 coqs. Pendant la période de production de ses vaccins contre la grippe, la compagnie pharmaceutique Bio-Vac consomme 160 000 œufs par semaines.



Les vaccins cultivés sur des cellules animales peuvent contenir des contaminants non décelés par les fabricants. Aucun laboratoire ne peut garantir l’asepsie des cellules animales servant à la culture vaccinale. Le virus de la leucose aviaire contamina la plupart des vaccins contre la fièvre jaune et la rougeole jusqu’à 1962. Dans la revue américaine "Science" (1972) le dr. Leonard Hayflick, professeur de microbiologie à l’Université de Stanford en Californie, déclarait : "Un nombre important de reins de singes (25 à 80 %) traités pour la fabrication des vaccins, doivent être écartés à cause d’une contamination étendue par un ou plusieurs de 20 virus connus. Il y a au moins plusieurs centaines de milliers de personnes aux États-Unis qui ont été inoculées avec les virus vivants SV-40 qu’on a trouvés dans des vaccins antipolios produits sur des cellules de reins de singes. Ce virus SV-40 provoque des tumeurs chez les hamsters et convertit in vitro les cellules humaines normales, en cellules cancéreuses".

Le 11 mai 1987 le "London Times" rapportait des informations concernant un représentant de l’OMS. Ce dernier affirmait avoir des preuves démontrant que l’origine et la prolifération du virus du Sida provenaient du vaccin antivariolique administré pendant les 13 années dans les pays du Tiers-Monde par l’OSM. Pour Jeremy Rifking du groupe environnemental The Fondation of Economics Trands : "Il est possible que certaines contaminations de virus animaux dans les vaccins, comme celui de la variole, ont joué un rôle dans l’émergence du sida et d’autres maladies". Cette fondation croit que le vaccin de la variole et d’autres vaccins contenant du sérum de bœuf/vache peuvent être l’hôte du "virus bovin de déficience immunitaire" et se transmettre à l’humain. Ce virus est semblable au VIH humain.

Un virus voisin, le "virus bovin de la leucémie" (VBL) se retrouve aussi chez les bovins et ressemble à un virus humain, le HTLV-I qui cause une forme rare de leucémie. Le département américain de l’Agriculture a décelé le VBL dans plus de 60 % du bétail américain.

L’antagonisme biologique entre les espèces est si puissant que les virus d’une espèce, inoffensifs pour elle (par exemple, le SV-40 est inoffensif pour les singes) peuvent devenir dangereux lorsque transférés à une espèce différente, comme l’espèce humaine, au point de devenir cancérigènes. Le Dr. Leonard Hayflick, déjà cité, fait la remarque suivante : "Les virus animaux cancérigènes les plus importants - ceux qui peuvent être isolés chez les primates, le SV-40 et les adénovirus cancérigènes - ne sont cancérigènes que quand ils passent à une autre espèce. Aucun virus cancérigène de primate ne produit des tumeurs dans l’espèce animale dont le virus est originaire, mais de tels virus peuvent produire des tumeurs dans des espèces animales hétérogènes". Bien sûr, il s’agit ici de virus connus mais il en existe une multitude, qui non décelés peuvent contaminer les vaccins.

En 1966, sept chercheurs allemands du laboratoire Behring trouvèrent la mort en travaillant sur des singes utilisés pour la fabrication des vaccins contre la poliomyélite et le typhus. Trente autres chercheurs ont été malades sans qu’on puisse identifier le virus responsable.

Comme nous venons de le voir, les vaccins ne semblent pas un signe évident de protection contre les maladies. Par-delà le côté strictement de santé, certains évoquent pour les refuser des raisons philosophiques ou religieuses. Dans les années 80, des groupes opposés à l’avortement voulaient mettre fin à l’usage d’un vaccin contre la rougeole provenant des tissus prélevés sur un fœtus obtenu lors d’un avortement. Le vaccin, nommé WI-38, avait été fabriqué en 1962, à partir de tissus de poumon prélevés sur un fœtus suédois. Les tissus originaux furent congelés pour servir à produire le vaccin partout dans le monde par culture cellulaire, Des porte-parole de ces divers groupes trouvèrent l’usage de ce vaccin offensant et répugnant, du point de vue moral. En 1984, ils affirmaient qu’au Canada, c’était le seul vaccin contre la rougeole disponible depuis 1979.

En Inde, on vaccine massivement des disciples de l’hindouisme ou du jaïnisme avec des vaccins provenant de reins de singes, ou contenant du sérum bovin. Cette population ayant une révérence religieuse pour ces animaux, ignore probablement ce fait et se soumet à la technologie de l’Occident, une autre forme de colonialisme.

Les vaccins perturbent l’écologie de notre corps, de ceux qui nous entourent et de la planète. Les laboratoires rejettent nombre de produits chimiques servant à l’élaboration des vaccins. En outre, le virus vivant de la poliomyélite, par exemple, en se répliquant dans l’intestin du sujet vacciné, est ensuite excrété en grande quantité dans le milieu extérieur. Les virus deviennent source de pollution.

Après une campagne de vaccination contre la poliomyélite au Costa Rica en 1959, les mouches véhiculaient du virus vaccinal. Tout vacciné est potentiellement capable de contaminer son entourage. La menace ne vient pas des non vaccinés mais des vaccinés ! Il peut aussi y avoir le danger qu’un virus s’échappe lors des recherches. En 1978, une femme travaillant dans un laboratoire de l’Université de Birmingham est morte après la "fuite" d’un virus porteur de la variole.

Conclusion : Le respect de maladies le plus souvent bénignes doit être envisagé. Les maladies et les dites épidémies apparaissent par cycles et disparaissent d’elles-mêmes. Nous devons fortifier notre système immunitaire - par une alimentation biologique, une bonne hygiène de vie, etc. - et non l’agresser avec des produits chimiques, des virus d’animaux malades, des substances toxiques et des débris d’abattoir.

En matière de microbiologie, il arrive que ce qu’on croit mort soit vivant. Même constitués de microbes ou de virus atténués ou tués, ces éléments que l’on tient pour inactifs peuvent se réactiver. Les vitamines A et C se révèlent très utiles contre les maladies infectieuses. Plusieurs chercheurs démontrèrent que la vitamine C par exemple, inactive le virus de l’herpès, de la poliomyélite et de la rage.


En 1937, le "Canadian Medical Association Journal", décrivait cette expérience : on administra 1 gramme de vitamine C pendant plusieurs jours à 29 patients souffrant de coqueluche. Les chercheurs trouvèrent que le "traitement abaissa l’intensité, le nombre et la durée des symptômes".

On retrouve dans la littérature médicale d’autres études semblables sur la vitamine C et ses effets thérapeutiques contre la lèpre, la fièvre typhoïde et la dysenterie. Au Québec, aucun vaccin n’est obligatoire. Tout individu peut refuser un vaccin et l’obliger à le faire contrevient aux droits reconnus à l’article 1 de la Charte québécoise et à l’article 7 de la Charte canadienne. Lors d’un jugement rendu en mars 1990, le juge Trudeau a reconnu que lors d’une "épidémie" de rougeole, les parents ne sont pas tenus de faire vacciner leurs enfants mais doivent les retirer de l’école jusqu’à ce que se résorbe la dite "épidémie".

Aucun vaccin n’est obligatoire pour voyager à l’étranger, excepté celui de la fièvre jaune que certains pays (d’Afrique ou d’Amérique du sud) peuvent demander si vous venez d’une zone d’endémie.

En Suède, la diphtérie a disparu sans aucune vaccination de masse. Dans les années 50, aux Etats-Unis, après une année de vaccination massive contre la poliomyélite, les cas de cette maladie augmentèrent de 300 % dans les états qui vaccinaient. Les cas de poliomyélite en Angleterre entre 1923 et 1953 diminuèrent de 53 % avant même l’introduction des vaccinations de masse.

En 1992 , en Grande-Bretagne, deux vaccins contre la rougeole (Pluserix, Immravax) furent bannis après avoir causé chez de nombreux enfants vaccinés la méningite, la surdité, la paralysie et des troubles de la vision.

En 1995, selon une étude publiée dans la revue médicale britannique "The Lancet", la vaccination contre la rougeole pourrait jouer un rôle dans la survenue de maladies inflammatoires des intestins comme la maladie de Croh. Le risque de maladie de Crohn est 3 fois supérieur parmi les vaccinés et 2 fois supérieur pour la rectocolite hémorragique, selon un groupe témoin.

Le "New England Journal of Medecine" (1987) dans un article de Tracy Gustafson, écrit qu’entre 1983 et 1990, des épidémies de rougeole se déclarèrent aux États-Unis chez des enfants et de jeunes adultes vaccinés et ayant démontré des anticorps contre la maladie.

Dans une épidémie de rougeole à Corpus Christie, Texas (États-Unis) en 1985, 99 % des enfants atteints avaient été vaccinés; 12% d’entre eux avaient même reçu un 2e rappel.

Le Dr. Aubrey Tingle, pédiatre et immunologiste à l’Hôpital de Vancouver a découvert que 30 % des adultes ayant été exposés au vaccin contre la rubéole, souffrirent d’arthrite allant de jointures endolories jusqu’à un handicap sévère, deux ou quatre semaines suivant la vaccination.

En 197l, à Casper, Wyoming (États-Unis) une épidémie de rubéole éclata un an après que 83 % des enfants en âge scolaire de la ville aient été vaccinés contre la maladie. À Birmingham, en Grande-Bretagne, 600 personnes âgées et vaccinées contre la grippe démontrèrent le double de problèmes respiratoires qu’un groupe similaire non vacciné. Pour diagnostiquer la tuberculose, on a recours au "test cutané à la tuberculine" (cuti-réaction). Selon le Dr. J. Pilette, ce test peut déclencher des réactions allergiques, de l’asthme, des atteintes oculaires, de la cécité et même le décès, ainsi que des tuberculoses nouvelles ou réactives (surtout en période de croissance ou en cas de tests répétés).

Un nombre impressionnant d’articles publiés dans des revues scientifiques fait état de sévères complications auto-immunes et neurologiques suite à une vaccination contre l’hépatite B : nausées, vomissements, diarrhée, fièvre, urticaire, tachycardie, palpitations cardiaques, zona, eczéma, purpura, paralysie, syndrome de Guillain-Barré, névrite optique, conjonctivite, troubles de la vision, sclérose en plaques, diabète. Aussi des cas d’arthrite, de rhumatisme, de problèmes de foie, d’asthme et même des décès.


Le vaccin contre le méningocoque groupe A, CY et W-113 (méningite) combinés comporte des effets secondaires tels que céphalées, malaises, frissons et fièvre. Celui de l’Haemophilus influenza (type B/Hib) peut induire des crises convulsives, douleurs au point d’injection, irritabilité, somnolence, diarrhée, vomissement, otite, éruption cutanée et infection des voies respiratoires supérieures. Une étude réalisée au Minnesota (États-Unis) démontre que le H.I.B augmente les risques de développer une méningite.

"Le risque de souffrir de complications sérieuses provenant des vaccins contre la grippe est beaucoup plus grand que la grippe elle-même." Dr. William Frosehaver

"C’est une grande insulte faite au système immunitaire d’un enfant que d’introduire dans son sang les protéines étrangères ou les virus vivants dont sont composés les vaccins d’aujourd’hui". Dr. Moskowitz

"Les vaccins viraux vivants contre la grippe et la polio paralytique, par exemple, peuvent dans chaque situation, dans chaque cas, causer la maladie qu’ils veulent justement prévenir; les vaccins viraux vivants contre la rougeole et les oreillons peuvent produire des effets secondaires, tel l’encéphalite... Le vaccin viral vivant contre la polio est maintenant la principale cause de la polio aux États-Unis et dans d’autres pays... Contrairement aux croyances antérieurement établies à propos des vaccins du virus de la polio, l’évidence existe maintenant que le vaccin viral vivant ne peut être administré sans risque de produire la paralysie... Le vaccin viral vivant de la polio transporte en lui-même le risque de produire la polio paralytique chez les individus vaccinés ou leurs contacts". Dr. Salk (il introduisit le vaccin original de la polio dans les années 50)

"Les vaccins peuvent causer l’arthrite chronique évolutive, la sclérose en plaque, le lupus systémique érythémateux, le Parkinson et le cancer." Professeur R. Simpson, de l’American Cancer Society

"La rubéole est une maladie bénigne qui ne requiert aucun traitement médical. Le traitement consiste en repos et en absorption de liquide"..."Les oreillons ne requièrent pas de traitement médical : du repos, une diète légère, beaucoup de boisson et des compresses glacées pour diminuer le gonflement. Les cas d’orchite (atteinte du testicule causant la stérilité) sont extrêmement rares"..."Votre enfant a, aujourd’hui, à peu près autant de chance d’attraper la diphtérie que d’être mordu par un cobra". Robert Mendelsohn, pédiatre

"Le déclin du tétanos en tant que maladie commença avant l’introduction de l’anatoxine dans la population" : "Medical Journal of Australia" (1978)

"L’évidence suggère que les personnes qui sont vaccinées contre la grippe ont approximativement 10 fois plus de chance de contracter le syndrome de Guillain-Barré que ceux qui n’ont pas été vaccinés" Center for Control Diseases (1977)

"C’est une véritable épidémie... Il est grotesque de prétendre qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et la vaccination sauf des coïncidences. La vérité est que des enfants sont blessés par les vaccinations". Dr. Bernard Rimland, directeur et fondateur du Autism Research Institute Of San Diego

"Pendant 23 ans, j’ai observé que les enfants non vaccinés étaient plus sains et plus robustes que les enfants vaccinés. Les allergies, l’asthme et des perturbations comportementales étaient clairement plus fréquents chez mes jeunes patients vaccinés. D’autre part, les premiers n’ont pas souffert plus souvent ou plus sévèrement de maladies infectieuses que les autres." Philip Incao, médecin

"Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même." Dr. Anthony Morris - anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des États-Unis.

"J’appelle ça de la vaccinomanie. Nous sommes arrivés à un point qui n’est plus défendable sur le plan scientifique. Introduire de nouveaux vaccins dans le corps sans savoir comment ils pourront affecter dans le temps les fonctions du système immunitaire frise la criminalité." Nicholas Regush, journaliste médical

"La présence d’un œdème cérébral chez des enfants en bas âge qui meurent très peu de temps après une vaccination contre l’hépatite B est inquiétante... Les enfants an dessous de 14 ans ont plus de chance de mourir ou de souffrir de réactions négatives après avoir reçu le vaccin de l’hépatite B que d’attraper la maladie." Jane Orient, médecin, directrice de L’Association des Médecins américains et des chirurgiens.

"Les parents d’enfants autistes rapportent couramment des désordres neurologiques immédiatement après l’inoculation avec le RRO (Rougeole, rubéole, oreillons) et le DCaT (Diphtérie, Coqueluche acellulaire et tétanos)." Dr. Vijendra Singh, professeur d’immunologie

En 1992, une étude publiée dans "The American Journal of Epidemiology" a démontré qu’un enfant a 8 fois plus de chance de mourir, trois jours après avoir reçu le vaccin DCT (diphtérie, coqueluche et tétanos) qu’un enfant non vacciné.

Une étude préliminaire du Center for Disease Control, États-Unis, sur le vaccin HIB (Haemophilus influenza type b/hip) indique qu’un enfant vacciné peut 5 fois plus contracter la maladie qu’un enfant n’ayant pas reçu le vaccin.

Le "New England Journal of Medecine" (juillet 1994) a publié une recherche concluant que 80 % des enfants en bas de 5 ans qui avaient contracté la coqueluche étaient pourtant vaccinés contre la maladie.

Au Japon, après l’introduction en 1994 d’un vaccin RRO (rougeole, rubéole, oreillons) on a vu s’accroître dans les mois suivants, une augmentation dramatique de cas de méningites chez les enfants vaccinés. Le même phénomène s’est répété en France et en Grande Bretagne. Le vaccin en cause serait celui de la rougeole.


Document source : Amessi
Source:  http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/09/03/la-peste-au-mexique-oui-bien-sur.html

Toutes les sources originales de cet article ont été supprimées...Voilà pourquoi j'ai décidé d'en partager le contenu avant qu'il disparaisse complètement.

 


Et enfin pour finir, une citation de Sainte OMS elle-même, la reine de l'incohérence et de la corruption:
Rapport technique n°198 (1960):
  

« Le public devrait être pleinement informé des dangers éventuels et des limites des programmes de vaccination. L’une des raisons de renseigner ainsi le public est qu’autrement il perdrait tôt ou tard confiance en la vaccination. Il faut toutefois agir avec tact. On devrait éviter de trop insister sur les risques de la vaccination, mais néamoins indiquer quels sont les dangers réels de la maladie en cause. Dans bien des cas, on ne se soucie pas assez d’évaluer de manière rigoureuse l’efficacité des vaccins et l’on accepte inconsidérément des preuves indirectes qui sont souvent trompeuses. »
 
  Le Lancet de 2007 (commenté dans le revue indépendante Prescrire) nous apprend des choses décisives sur cette agence scandaleuse totalement noyautée par l'industrie et source d'une grave détérioration sanitaire à l'échelle du monde qui certes, profite à ses bailleurs de fonds industriels mais ni aux individus ni à la collectivité:
 
« La plupart des recommandations émises par l’OMS ne répondent pas aux critères de qualité exigibles aujourd’hui en matière d’élaboration de recommandations. […] La plupart des directeurs interrogés s’appuyaient sur des avis d’experts avec tout ce que cela implique de manque de transparence dans leur sélection, de faiblesse dans les justifications des recommandations, et de conflits d’intérêts potentiels, corporatistes ou industriels. »  « Ce constat est de nature à jeter un discrédit durable sur l’OMS et ses publications. »

 http://www.prescrire.org/editoriaux/EDI28581.pdf

  Et quand certains affirment péremptoirement que, pour la plupart des vaccins les gens ont le choix de se faire vacciner ou non, la seule réponse censée peut se résumer par une superbe phrase de Jacques Prévert:

 
  "Quand la vérité n'est pas libre, 
                              la liberté n'est pas vraie"

                                                                                                                        Sylvie SIMON